MONOGRAPHIE / ANNIE BAILLARGEON

EMBALLAGE ANATOMIQUE

Jean-François Caron

Quelques effleurements /A Few Ligh Touches

Julie Boivin

Ornamental extremes: Formlessness in Annie Bai llargeon’s work
and 18th-century rocail art

Les Fermières Obsédées

ALINE CAILLET, MARIE-ÈVE CHARRON, GUY SIOUI DURAND, ANDRÉ-LOUIS PARÉ, THÉRÈSE SAINT-GELAIS

LIVRE BILINGUE INCLUANT UN DVD

Peu importe où les Fermières Obsédées se trouvent, elles sont perturbatrices et imperturbables. En écho à cette vague, entendre cette déferlante, qui bouscule les protocoles identitaires, les Fermières Obsédées sont de ces artistes qui font tout pour se faire voir. Usant de clichés féminins que constitueraient le rouge vif des lèvres, les chaussures à talon et la jupe qui laisse bien voir les jambes, les Fermières Obsédées sont à longue distance d’une représentation qui prendrait la voie de la séduction. Ou alors, elles nous séduisent par la délinquance mise en œuvre pour vandaliser ce qui, du féminin, se logerait du côté de la grâce. Se faisant reines ou stars, elles n’en adoptent pas pour autant les comportements et les « apparats », bien loin qu’elles sont de ce qui codifie le statut de ces femmes. Sans être masculines pour autant, elles se rapprochent davantage de l’enterrement de vie de garçon que du défilé de la duchesse. Les performances des Fermières adoptent ce rythme qui les emporte dans la démesure. 

 

Les Fermières Obsédées (F.O.) est un collectif créé par les membres fondateurs Annie Baillargeon et Eugénie Cliche, toutes deux artistes en arts visuels. Depuis 2001, elles insufflent une indiscipline au genre de l’art action par leurs prestations où s’enchaînent images symboliques et images métaphoriques. Elles ont développé un langage visuel qui allie le tragique avec le burlesque, proposant des performances à la croisée de plusieurs disciplines. Ce projet est né d’un commun désir de transposer en actions des questionnements intimes et d’ordre social.