CÔTÉS DROITS ET ANGLES ÉGAUX 
ROOM OF AN ÉTERNEL BEAUTY FIXE 

Projet abordant dans un jeu de détournement, l’indénombrable promotion faire sur les médias sociaux d’un modèle de la femme uniformisée proposé comme un idéal. Dans un processus d’autoreprésentation, l’artiste s’affiche comme un personnage dichotomique, à la fois critique et incarnation de la victime d’une propagande médiatique de la recherche de la beauté éternelle. Elle devient la « consommatrice idéale », outillée d’une multitude d’accessoires de beauté aux allures futuristes détournés dans le but « transformer sa propre aliénation féminine par le biais de l’art ».

Ici, l’artiste se plonge dans l’engrenage de ces clichés féminins qui suggèrent que le corps de la femme est éternellement perfectible en s’infligeant ces soins dérisoires vendus comme cure de jouvence, un processus que transcrit notre mal-être contemporain.  Entamé dans le cadre d’une résidence à la Bande Vidéo et sur le compte Instagram @squarefemininity, le projet se matérialise pour l’occasion dans un remaniement de la galerie qui cherche à lui conférer les propriétés d’une clinique esthétique. Elle s’incarne ici sous forme installation dans un amalgame de vidéos, de photographies et de produits de beauté délirants, un mélange qui accentue la discordance entre la réalité de nos corps pluriels et périssable et l’idée du caractère perfectible féminin. 

                                                                                                                                                                                                                                                                                    Texte: Catherine Robitaille

portrait.jpg

BLOODY FACE 
Autoportrait_2021
Crédit: Étienne Boucher

 

Côtés droit et angles égaux /\ room for an eternal beauty fixe, 2021
Installation : objets, vidéos et photographies.
La Bande Vidéo, Québec.

Collaborateur(e)s: Marie-Hélène Blay, Marco Dubé et Ricardo Savard
Crédits image: Étienne Boucher, Catherine Robitaille

 

Monobande des trois écrans vidéos
Côtés droit et angles égaux /\ room for an eternal beauty fixe
, 2021
La Bande Vidéo, Québec.

Collaborateur(e)s: Marie-Hélène Blay, Marco Dubé et Ricardo Savard
Crédit image: et montage: Ricardo Savard

 

L’achat impossible de la beauté

Dans cette tension entre la résignation et le refus, entre l’acceptation de la vanité de la beauté et la lutte pour la conserver à tout prix, l’idée est venue de pouvoir l’acheter. Le rêve de la jeunesse éternelle s’est traduit dans le mythe de la fontaine de jouvence, source d’une eau qui régénère le corps et assure une jeunesse permanente. Ce mythe se retrouve dans de multiples cultures (biblique, grecque, celtique et orientale). Au moyen Âge, les alchimistes ont longtemps cherché, en vain, un équivalent artificiel de la fontaine de jouvence, à savoir l’élixir de longue vie qui aurait permis l’immortalité. On a attribué les mêmes vertus au sang du Christ recueilli dans le Saint Graal, qui a fait l’objet, lui aussi, de rêves et de récits mythiques. Aujourd’hui, les publicitaires utilisent encore ce rêve pour vendre les crèmes « anti-rides », les ampoules « anti-viellissement » et autres réparateurs d’apparences.

 

La beauté, Jean-Marie Nicolle, Paris, Bréal, 2008, p.97

Collagène Gold, 2021
La Bande Vidéo, Québec.

Collaborateur(e)s: Marie-Hélène Blay, Marco Dubé et Ricardo Savard
Crédit image: et montage: Ricardo Savard

 

PRESSES