ÉPISODES

Au-delà des apparences

Par leur titre leur sujet, les œuvres suggèrent la déchéance, la perte de contrôle, la dévastation intérieure et le repliement sur soi.  L’individu devient dans cette série une nature morte, c’est –à-dire qu’il peut être comme un élément inanimé, un objet d’observation.  L’artiste souligne ainsi l’aspect éphémère de toute chose et donc la dégénérescence inéluctable qui s’ensuit. La précarité de la réalité humaine et la vulnérabilité malgré les efforts pour éviter l’effondrement du monde que l’on bâtit, conduisent inévitablement la vie à son contraire : l’aboutissement de la fin, la mort. C’est ainsi que le cycle de l’éternel recommencement pousse l’âme à reprendre son souffle, à attendre la renaissance  du changement.  Lorsque les feux d’artifice n’éclairent plus de milles feux, que les traînées de couleurs deviennent comme des ruisseaux de larmes, la résilience côtoie comme une inconnue les drapeaux de fêtes.  Doucement une nouvelle route se dessine dans les cendres d’une expérience fantomatique.  

                                                                                                                                                                                                                                                                                          Texte : Jocelyne Fortin

_D7C2268.jpg

Nature morte, 2014-21

 Performance photo

Crédit: Étienne Boucher

Les cannibales
La disparition
Le banquet
La perte
Sténopé
L'attente
La honte
Le dévoilement
La lune de miel
LA CHUTE
L'ARRIVÉE
_D7C2287.jpg
Les Natures mortes/ Épisodes de peti
Exposition collective
La chute
La chute
La disparition
Exposition collective
Exposition collective

Confinement, 2014-21

 Performance photo

Crédit: Étienne Boucher

PRESSES